Michèle Sauberli

Ancienne élève de Georges Oudot, puis professeur d’Arts Plastiques au Lycée Cuvier à Montbéliard, tout en préparant ses élèves aux concours et en peignant des fresques, nus et portraits ; elle se fait connaître surtout par ses immenses fleurs ; cela pendant une dizaine d’années.

Toujours en recherche, il y a vingt ans, elle fait la rencontre à Paris du calligraphe Hassan Massoudy et plus tard celle de Xichan Sun, qui l’incite à voyager en Chine; rencontres qui provoquent une sorte de déclic en elle et un tournant capital dans sa peinture.

 » La fusion entre la calligraphie arabe et les idéogrammes chinois m’ont ouvert les portes de la peinture abstraite  » dit-elle.

La palette de Sauberli revisitée, le noir et les trois couleurs primaires, le geste fortement influencé par la calligraphie, permettent immédiatement d’identifier sa peinture.

Sauberli décline dans ses oeuvres « comme un opéra tragique dans les tons de noir, de rouge…

Une sorte de mise à mort de la couleur qui n’est pas sans évoquer la tragédie classique et codée d’une sorte de corrida plastique  » Alain Roy – Journal Le Pays « .

A. V

En savoir plus sur Michèle Sauberli et ses oeuvres –> ICI

Pensez... à partager !